Se sentir bien dans son corps, assumer ses formes

Il est peu dire que de nos jours, il existe un certain diktat porté par la publicité, la télévision et le cinéma, qui voudrait promouvoir un corps idéal standardisé de la femme. Il n’y a qu’à regarder un défilé de mode pour comprendre que nos stylistes tant portés aux nues conçoivent leurs vêtements pour des femmes pour le moins très peu dotées en courbes. Néanmoins, la maigreur maladive des mannequins s’étale sur nos espaces publicitaires, et c’est la société entière qui se met à idéaliser ces corps dénués de formes. 

Un débat qui traverse les époques et les continents

Pourtant, il n’en fut pas toujours ainsi. À titre d’exemple, le XIXè siècle fut celui de l’admiration pour les femmes dotées de rondeurs généreuses. Ainsi, les dames de la haute société n’hésitaient pas à rehausser leur poitrine grâce à des corsets serrés à dessein, qui laissaient entrevoir le haut de leurs seins. De même, sur des continents tels que l’Afrique ou l’Amérique du Sud, l’idéal féminin est encore très tourné vers la possession de formes vues comme sensuelles, que ce soit au niveau de la poitrine, des hanches ou des fesses. Malgré tout, les films de Disney et les séries américaines commencent doucement à faire leur œuvre là aussi. 

Et pourquoi ne pas essayer la chirurgie esthétique ? 

Précisément, c’est en Amérique du Sud que les femmes ont le plus recours à la chirurgie esthétique. Et si nos amies latines s’assument ainsi, pourquoi dans nos pays d’Europe les femmes ne pourraient-elles pas essayer ? En effet, l’augmentation mammaire est de plus en plus répandue et permet à certaines femmes d’améliorer la relation à leur corps et de s’assumer plus dans leur féminité. Certes, le regard de la société n’est pas toujours bienveillant à l’égard de ces pratiques. Mais au final, l’important n’est-il pas que la personne concernée agisse en conscience, en sachant qu’elle le fait pour son bien ?